• 1404 visits
  • 28 articles
  • 396 hearts
  • 920 comments

Prologue de "Là où tout a commencé" 13/06/2014

   On juge souvent les gens trop vite, sans les connaître. Leur acte du présent nous suffise pour les détester. Mais on ne les connait pas suffisamment... Qui nous dit que ce n'est pas juste un masque, un rôle, ou bien un jeu ou même une protection ?? Si ça se trouve leur passé était tellement lourd, terrifiant, douloureux que c'est la seule solution qu'ils ont trouvé pour se protégé des attaques du futur, ils ont tout laissé, tout abandonné: leurs innocence, leurs rêves, leurs gentillesses, tout leur bon côtés pour survivre. Pour ne plus pas avoir mal...
    Elle, elle était belle, timide, mais surtout innocente ! Trop jeune sans doute. Lui, il était arrogant, séduisant. Il est entré dans sa vie et en est partit aussi vite. Tel un ouragan.
   Il lui a tout pris, lui laissant juste la haine, et ce sentiment d'abandon comme mouchoir pour pleurer les larmes qu'il lui a fait versé.
   Sans le savoir, il a déclenché quelque chose d'énorme... La condamnant elle et des milliers d'autres personnes innocentes. Certaines personnes, même quatre cent ans après en payent encore le prix...

Tags : Prologue.♥ - Katerina Petrova ♥ - La où tout a commencé

Là où tout a commencé: Mon générique 16/07/2014

Play the video

Et voici mon générique !! J'ai galéré pour le faire et il n'ets pas sublime sublime !!! Pourrais-je avoir votre avis néanmoins !
En voic un nouveeau fait par une super amie (j'ai fait un petit article sur cette personne):
Désolé je n'arrive pas à poster la vidéo car mon ordi beug

Chapitre 1: 24/06/2014

Chapitre 1 :

    Doucement, j'ouvris les yeux. Je me laissais baigner par la lumière éclatante du soleil. Je souris, une nouvelle journée débutait. Les oiseaux chantaient, ensemble tel un seul être. Tous le même air, cet air enivrant qui me rendait heureuse et sereine. Je tournais la tête et vis que le lit de ma s½ur était vide. Elle devait déjà être levée. Je me levais et frissonnais quand mes pieds touchèrent le sol froid et humide. Pas que je me plaigne, je suis heureuse et reconnaissante envers Dieu car j'ai un toit sur la tête, et de quoi manger à ma faim ce qui n'est pas le cas pour tout le monde... Je trempais mes mains dans l'eau qui avait dû être versé plus tôt dans la bassine puis je m'aspergeais le visage pour bien me réveiller afin d'être en forme pour la journée qui m'attendait.

    Je me rendis dans la pièce commune, prête à aider.

« Bonjours ! » Dis-je chaleureusement.

    Mon père s'approcha et me rendit mon sourire avant de déposer un baiser sur mon front. Je m'approchais de ma mère et lui colla un petit baiser sur la joue gauche. Ma s½ur ne prit pas la peine de se lever, trop occuper à se brosser les cheveux.

« Nathalia vas donc chercher de l'eau à la fontaine !
- Père, répondit-elle. Je ne peux vu l'état de ma chevelure.
- Tu vas chercher de l'eau et non un époux ! Gronda mon père, je réprimais un sourire. Ma s½ur et moi étions si différentes. Elle se préoccupait énormément de son physique, elle avait ce besoin d'attirer le regard des hommes sur elle. Moi, je détestais ça, sentir leur regard sur moi, me déshabillant... Tout cela me gêne, je me sens rougir... Voyant mon père s'énerver devant la fainéantise de ma s½ur, je décidais de calmer l'histoire :
- Je n'ai rien à faire père, je peux y aller !
- Si seulement, nous avions pu avoir deux filles comme toi ma chère Katerina. »

    Je baissais la tête, pour cacher, le faite que mes joues s'étaient empourprées. Je vis cependant ma s½ur levé les yeux au ciel et rigoler.

    Je pris un seau d'eau et me dirigeais vers la fontaine. Aussitôt dans la rue, je regrettais de m'être proposé, le regard des hommes était partout sur moi. Mes longs cheveux bruns, soyeux et bouclés les attiraient ainsi que mes formes...

    Le chemin du retour fut aussi une épreuve mais pas du même genre. Alors que le seau d'eau rempli commençait à se faire lourd sur mes bras. Je vis une petite fille. Elle avait quatre ans à peine. Elle était blonde, ses cheveux cachés par un tissus. Elle était assise sur le bord de la route, en pleure, toute seule. Elle se tenait la main, et sanglotait en silence. Les gens passaient mais personne n'y prêtait attention. Doucement, je m'approchais d'elle, je ne pouvais la laisser seule à pleurer. Je posais mon seau tout près d'elle et m'accroupis, de façon à ce que ma tête soit à peu près à la hauteur de la sienne.

« Chut, ma petite ! Que se passe-t-il donc pour que sois là toute seule et sans un sourire sur ton beau visage ? La petite leva la tête vers moi et plongea ses yeux bleus rougies par le chagrin dans les miens.
- J'ai mal, elle dit-ca toute tremblante. Je posais ma main sur son visage, et la laissa glisser. Tout bas je murmurais :
- Ou ça, petite princesse ? C'est là qu'elle me montra sa main, toute ensanglantée, tremblante, avec au milieu une épine. Elle était énorme, de la taille de mon ongle et elle avait l'air bien enfoncé. Ne voulant pas faire peur à cette petite gamine je lui souris et pris une voix douce :
- Tu vois cette méchante épine, je vais te l'enlever !
- Non ! S'écria-t-elle violement.
- Chut ! Tu n'as quand même pas envi qu'on t'enlève ta jolie petite main ? Si ? Elle fit non de la tête. Et bah c'est ce qui va arriver car l'épine verse un poison, un liquide de qui va te tuer si on ne la retire pas. Tu sais ce qu'on va faire. Tu vas regarder l'étang là-bas et surtout pas ta main. Moi pendant ce temps je vais la retirer. »

    Elle acquiesça mais au lieu de regarder ou je lui avais dit, elle fermait les yeux. Je soupirais et m'approcha de la main de la petite. Une inspiration, je pinçai et hop, elle sortit toute seule...

    Je lui souris et alors qu'elle ouvrit les yeux et vit que je venais de la soigner, elle me sauta au cou. Avant de partir en courant criant :

« Merci ! »

    Je repris mon seau et rentrais chez moi, heureuse.

    Quand je ne fus qu'à quelques mètres de la maison, mon père sortit, en colère :

« Où étais-tu donc ?
- Père, commençais en baissant la tête, honteuse de l'avoir fait attendre. Je me suis dépêchée mais en revenant, il y avait une fille. Elle avait à peine quatre ans... Elle était blessée, les larmes commençaient à dévaler mon visage... Sa main vient à menton, il me força à le regarder, je lui obéis, il était l'homme, le père de la fratrie, et je n'étais qu'une femme :
- Mais enfin Katerina ne te mets pas dans des états pareils !
- Pardon père, dis-je en larme. Il éclata de rire, et appela ma s½ur, qui arriva en courant. Il s'écria : Allez donc vous promener ! »

    Je marchais tranquillement derrière ma s½ur qui elle sautillait joyeusement. Je lui enviai ce naturel et cette bonne humeur ! Elle me racontait sa dernière amourette. Elle n'avait pas peur, elle ressemblait aux papillons, butinant de fleur en fleur sauf que les douces fleurs n'étaient que des hommes. Et il finirait par arriver malheur à Nathalia...
 
 
   Je cherche des idée de titre pour le chapitre 1, je n'ai que:
- La défintion du mot pure
- Katerina Petrova
 
   J'ai besoin de votre avis, la suite pour 10 kiffs

Tags : Chapitre 1

Chapitre 2: Ce nouveau sentiment 08/07/2014

Chapitre 2 : Ce nouveau sentiment...

    Quand ma s½ur se lassât du grand air et qu'elle se mit à se plaindre d'une douleur aux jambes. Nous prîmes le chemin du retour, elle ne cessait de parler, tout le temps ... Je ne l'écoutais plus, mais hochais la tête de temps en temps pour ne pas la vexer. Nous arrivâmes au village et ma s½ur remarqua un attroupement près de la fontaine, elle me prit la main et m'emmena voir ce qu'il s'y passait.

    Un jeune homme était au centre du cercle et de l'attention. Il était beau, non sublime, comparable à une créature divine. Son sourire était enivrant et ses yeux pénétrant semblaient nous sonder. Il posa son regard bienveillant sur moi et me sourit. Je rougis et baissais la tête. Ma s½ur me donna un coup de coude et murmura :

« Il est magnifique. »

    Je ne répondis rien mais j'étais d'accord. Elle me prit le bras et tendit sa main au nouveau :

« Enchantée, je me nomme Nathalia ! Il ne la regardait pas, c'était moi que ses yeux vert d'eau fixaient. Il me prit la main et déposa un léger baiser. Aussi doux que la rosée d'un matin d'été. Je souris et il me dit :

« Victor, Victor Bellansky!
- Katerina Petrova!
- Ravie de faire votre connaissance douce Katerina !
- On rentre Katerina ! »M'ordonna ma s½ur, je ne plus lui répondre moi de même. Ma s½ur était énervée, d'après elle, il ne lui avait prêté aucune attention. Je ne l'écoutais toujours pas mais cette fois si, je ne hochai pas la tête trop préoccupé par Victor...

    Je me passais l'eau sur le visage et donnais un peu d'ordre à mes cheveux, ce soir il y avait une fête et peut être que Monsieur Bellansky serait présent, ce serait tellement génial si oui ! Non, je retire mes propos, je suis une sotte ! C'est un homme et je ne le connais point.

    Il était là, tout près de moi, un grand sourire aux lèvres. Il nous racontait ses exploits, son voyage en France, l'extraordinaire pays qu'était l'Angleterre. Je me mis à rêvasser pas que ça ne m'intéressait pas mais j'avais toujours rêvé de visiter le monde : voguer sur l'océan, se balader sous le soleil d'Afrique, boire un thé dans un beau salon en Angleterre...

    La musique retentit. Il s'avança vers moi, un beau sourire aux lèvres :

« Vous m'accordez une danse ?
- Oui, » Murmurais-je au bord de l'évanouissement. Le beau Victor si élégant et si cultivé me demandait une danse à moi la petite Katerina.

    Ses mains se posèrent sur ma taille. Nous dansâmes, une danse, puis deux, trois, quatre ... J'ai arrêté de les compter tellement elles furent nombreuse mais j'étais heureuse dans ses bras. Jamais un homme ne m'avait fait autant vibrer. Je crois que j'étais amoureuse...

    La fête allait se finir. Il approcha sa tête de moi, encore plus près j'étais terrifiée, je n'osais pas bouger. Il me chuchota :

« Rendez-vous à l'aube, près du petit lac. »

   Il me sourit et il partit ! J'avais un rendez-vous secret !!! L'euphorie me gagnait !

Tags : Chapitre 2 - Katerina Petrova ♥ - Vampire Diaries ♥

Chapitre 3: Tombé du ciel 11/07/2014

Cher lecteurs....

Tu as lu mon chapitre 3 ?? Si oui, deux possibilités s'offrent à toi...

- La première:
Chapitre 3: Tombé du ciel
Retire sans t'opposer ton bracelet de verveine et laisse MON Damon d'hypnotiser. Qu'il te fasse oublier le contenu du chapitre 3...
OU
- La deuxième solutions:
Chapitre 3: Tombé du ciel
Meurt !!!!!


Et oui, ayant trouvé que c'était un eu brusqué la fin j'ai décidé de réécrire le chapitre 3 afin d'ajouter une suite !!!!